C'est la chaleur du soleil, le vent qui souffle ou la pluie qui me caresse en ces instants où tout bascule qui me permet de ne pas être l'ombre de moi même. C'est violent comme un fouet qui claque et amène le feu dans l'esprit.. et pourtant je voudrai être là... juste face à la tempête qui menace et qui gronde, là debout sur mes pieds qui me mèneront encore plus en avant vers le lendemain.
Un lendemain où je serai ... Sous la chaleur du soleil, sous le vent qui souffle, sous la pluie qui me console... De tout ce qu'humainement je ne supporte plus...

L'homme

1 commentaire:

giada jade a dit…

Est-ce que c'est possible qu'on soit un lâche quand on a choisi les chemins les plus dangereux? Peut-on juger une vie sur un seul acte?
Huis Clos (1944)
Read more at http://www.dicocitations.com/reference_citation/77389/Huis_Clos_1944_.php#5gVdMO0zhDhPpKFZ.99